14/10/2017

J-7 avant le festival

Et oui dans une semaine le festival aura ouvert ses portes.

Il est temps pour l’équipe organisatrice de commencer à monter les stalles où seront logés les bovins. Voici un petit état des lieux des avancées de la journée. Merci à Terres en Fête pour le prêt des stalles.

Pour vous préparer au mieux à cet événement, voici un petit récapitulatif des différentes activités proposées pour ce week-end.

Nous vous rappelons que la journée du samedi est réservée aux bovins laitiers. Tout au long de cette journée des concours auront lieu, notamment de pointage ainsi qu’un concours de jeune présentateur.

Dès le samedi, des conférences auront lieu sur une diversité de sujets tels que l’optimisation des pâturages le matin ou l’évolution des systèmes laitiers l’après-midi. D’autre part, le lendemain aura lieu une table tond sur l’élevage et l’environnement. Ces interventions seront animés par des intervenants passionnés par leur métier et à l’écoute de vos interrogations.

Au cours de la journée du dimanche, réservée aux bovins viandes, une vente aux enchères aura lieu, après que les bêtes aient été jugées par le jury. La viande sera à l’honneur ce jour-là, c’est pourquoi une démonstration de découpe de viande aura lieu en partenariat avec Interbev.

De nombreuses animations seront proposées pendant le week-end ! Notamment le repas du terroir proposé le samedi et dimanche midi. Le terroir sera aussi présent sur le marché animé par des producteurs.

Pour les plus petits, une ferme pédagogique sera présente pour leur bonheur et leur éveil aux animaux de la ferme. Ils pourront ainsi découvrir ludiquement le monde agricole grâce aux différentes activités proposées.

Cet évènement ne serait pas grand-chose sans les nombreuses entreprises partenaires, nous les remercions chaleureusement.

Pour découvrir nos partenaires et plus d’informations, retrouvez-nous sur notre site web.

05/10/2017

M. Jérôme Chartron est l’animateur de la vente aux enchères du Concours d’Animaux de Boucherie d’Excellence au sein du Festival depuis la première édition !

Nous vous présentons aujourd’hui son activité :

 

C’est dans le département du Cher qu’il travaille, en tant qu’animateur des ventes au marché au cadran de Chateaumeillant (à l’image du marché de Saint Christophe en Brionnais et de Moulins-Engilbert). C’est plus de 500 animaux qui transitent par cette place de marché chaque semaine. Ce sont majoritairement des broutards.

Il gère la mise en marché des animaux, participe à la mise en lots. Il prépare les ventes qui ont lieux toutes les semaines le lundi.

 

Détaillons un peu comment cela se passe :

Le jeudi qui précède les ventes, les vendeurs (agriculteurs-éleveurs) annoncent les animaux qu’ils ont à vendre. Le lendemain, les acheteurs sont prévenus des animaux qui seront présent (race, sexe, …).

 

Le week-end passe et nous arrivons au lundi, jour des ventes : Les éleveurs amènent leurs animaux, préparent les lots et tout doit être prêt avant le début des enchères, à 7h.

Les acheteurs sont assis en tant que spectateur dans une petite arène et ils ont à leur disposition un dispositif leur permettant d’enchérir. Bien évidemment, ceux-ci ont du se faire connaitre auprès de l’organisation. Puis les lots d’animaux se succèdent dans l’arène ! La première étape est la définition du prix de lancement de l’enchère. Cette mise à prix est décidée en fonction de plusieurs critères objectifs (demande du marché, race, poids, …). C’est M. Chartron qui se charge de cela et anime la vente.

La majorité des lots est vendue du premier coup et les invendus en fin de séance sont très faibles.

28/09/2017
Nous avons l’honneur d’accueillir un boucher d’exception en tant que président du jury du concours de bovins de boucherie d’excellence :
M. Jacques Henri THOMAS !
Jacques Henri Thomas est un véritable professionnel passionné de la viande. C’est à Créteil, près de Paris qu’il tient une très belle boucherie. Les bêtes de concours (comme celles de notre Concours d’Excellence) se succèdent à son étale tout au long de l’année pour ravir les clients, fidélisés par une telle qualité. Il sillonne donc la France tout au long de l’année à la recherche des meilleures bêtes pour satisfaire les papilles les plus aiguisées de ses clients.
C'est  un très grand honneur pour nous de l’accueillir, cette année, en tant que Président de Jury pour le concours. Son expérience et son professionnalisme sauront élire les meilleurs animaux !
 
Retrouvez-le : Boucherie Thomas ; 44 Rue du Général Leclerc, 94000 Créteil
Rendez-vous le Dimanche 22 Octobre 2017 au Campus UniLasalle à 11h pour voir le palmarès de cette édition et assister à la vente aux enchères de l’élite du concours.

06/09/2017

Préparer une vache pour un concours : un chemin de patience et de persévérance

Participer à un concours ne peut pas se décider à la dernière minute. Cela nécessite une longue préparation. L'éleveur doit tout d'abord choisir une vache de son troupeau qui possède de bonnes qualités qui pourraient séduire le jury. Il doit ensuite entrainer la vache à marcher correctement comme expliqué dans la vidéo ci-dessous.

Lumière accompagnée de Benjamin Paquet, Alexandre Smessaert et Jean-Philippe Duchange

J’espère avoir la possibilité de recommencer cette expérience l’année prochaine lors de la 4ème édition du Festival de la Terre et de l’Elevage en essayant de remporter un prix.

Enfin, j’encourage grandement tous les jeunes passionnés par l’élevage, comme moi, à se lancer dans cette expérience même si vous n’avez pas forcement l’expérience des concours. »

Alexandre Smessaert

12/06/2017
Interview d'un participant à la dernière édition

Lors de notre dernière édition du festival, un élève ingénieur d’UniLaSalle a participé au concours de génisses laitières. Alexandre Smessaert présentait une génisse Prim’holstein appelée Lumière. Celle-ci venait de l’élevage familial d’Alexandre : le GAEC AGRI ROY à Roy Boissy. Nous l’avons donc interrogé sur cette expérience…

« Le festival de la Terre et de l’élevage a été pour moi une grande expérience. En effet, étudiant à l’institut Polytechnique UniLaSalle Beauvais depuis maintenant 2 ans, j’ai participé au concours de génisse de race laitière lors de la 3ème édition avec une génisse de 14 mois. Cette génisse m’a toujours interpelé depuis sa naissance car elle était très grande et plus les mois passaient plus sa taille se démarquait des autres génisses. J’ai donc plaisanté avec mon père : « il faudrait faire un concours avec cette génisse je suis sûr qu’elle gagnera ».

N’ayant aucune expérience dans les concours auparavant je ne pouvais pas me lancer dans cette aventure. Mais lors de ma première année dans cette école, j’ai participé par le biais de l’association Vach’expo au Trophée National des Lycée Agricole lors du Salon International de l’Agriculture à Paris et de Terre en fête à Arras. Ces expériences m’ont donné envie de participer à un concours d’excellence. Ainsi, le Festival de la Terre et de l’Elevage était pour moi une bonne opportunité car c’était proche de l’exploitation de mon père et de mon oncle (Roy Boissy 60) et je connaissais les lieux.


En Septembre dernier, l’organisatrice du concours laitier m’a soumis l’idée de faire concourir une génisse. Au début, j’étais très heureux de pouvoir enfin participer à un concours avec une génisse provenant de l’exploitation familiale mais j’ai vite été refroidi par les démarches administratives (certificat sanitaire, vaccination, prise de sang) tout cela était nouveau pour moi. De plus, je n’avais pas de matériels pour préparer correctement cette génisse. Mais, avec l’aide de mon père et de mon oncle, j’ai commencé à entrainer cette génisse à marcher avec un licol peu approprié au début. Ce n’était pas gagné mais j’étais persuadé qu’elle serait prête à temps. Je l’ai donc entraîné assez souvent avec l’aide d’un ami et de mon cousin et je me suis débrouillé pour trouver un licol d’entrainement et un licol de concours par l’intermédiaire d’une exploitation voisine.


Quelques jours avant le concours, la génisse n’était pas encore sûre de pouvoir participer à cause d’une erreur dans les prises de sang, je me souviens avoir passé une après-midi au téléphone pour essayer de régler ce problème. Mais, sinon la génisse était lavée, clippée et prête à passer deux jours en dehors de l’exploitation loin de ses copines.
 

Le vendredi avant le concours, j’avais cours jusque 16h. Je me suis donc dépêché de rentrer chez moi pour finir de préparer ma génisse et pour la transporter dans une bétaillère jusqu’à Beauvais. Après 1h de route, nous sommes arrivés à Beauvais, prêts à passer une nuit à coté de ma génisse pour la surveiller pour qu’elle reste propre.

Le jour J, je voyais toutes les autres génisses et j’ai dit à un copain « je suis venu ici pour m’amuser et pour avoir une expérience dans un concours mais je ne gagnerai jamais ». Bien que ce soit un concours, je me souviens que l’agriculteur qui était à côté de moi m’a conseillé et m’a donné de l’aliment pour que ma génisse ait toutes les chances pour impressionner le juge. Malheureusement, je ne pouvais pas présenter ma génisse sur le ring du fait d’une douleur à la main, c’est donc un copain qui l’a présenté. Quelques minutes avant le passage sur le ring, la même voisine qui m’avait prêté du matériel pour préparer ma génisse m’a conseillé davantage sur le clippage qu’il fallait faire sur ma bête pour qu’elle tape dans l’œil du juge.


Lors du passage sur le ring, j’ai trouvé ma génisse parfaite. Quand le juge la regardait, elle corrigeait tous ses défauts à tels points que je me suis dit je ne finirais peut-être pas dernier ! Et lors du résultat, le juge a donc choisi ma génisse comme première de section, ce qui était pour moi inimaginable il y avait à peine 2 heures. J’ai donc remercié tous ceux qui m’ont aidé à participer à cette belle expérience.

© 2023 by Festival de la Terre et de l'Elevage

© Festival-terre-elevage.com 2014-2015

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now